LA BANQUE DU MIEL, UN DISPOSITIF DE RECHERCHE POUR PROTÉGER LES ABEILLES ET LES HOMMES DE LA FOLIE SPÉCULATIVE


L'homme est étroitement dépendant de l'abeille, qui loin de se contenter de produire du miel, contribue pleinement au « service de pollinisation », sans lequel nombre d’espèces végétales verraient leur reproduction compromise. Ajoutons au passage que d'après une étude menée par des chercheurs français et allemands, dont les résultats sont publiés dans la revue « ECOLOGICAL ECONOMICS », l'activité pollinisatrice des insectes dans le monde est estimée à 153 milliards d'euros par an, somme qui représente 9,5% de la valeur de l'ensemble de la production alimentaire mondiale.

Les abeilles et leur miel constituent également un excellent indicateur du niveau de biodiversité des écosystèmes qu'elles butinent. La situation que l’apiculture nous révèle peut sembler paradoxale : alors que l’abeille est en voie de disparition dans certaines régions rurales de France situées à proximité de zones d’agriculture intensive, elle s’adapte incroyablement bien en ville, où les ruches peuvent produire jusqu’à 3 à 4 fois plus de miel que dans certaines campagnes.

Ce constat est la preuve d’un dérèglement des milieux et remet en question notre mode de production agricole et d’aménagement du territoire. Aussi, ce nouvel “indicateur ruche” enseigne et renseigne la nature de la ville et nous alarme sur le genre humain et le genre urbain.



« Si l’abeille venait à disparaître, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. Plus d’abeilles plus de pollinisation. Plus de pollinisation, plus de fruits. Plus de fruits plus de graines. Plus de graines plus d’herbes, plus d’herbes, plus d’hommes ».

Une citation attribuée à Albert Einstein.




ÉCOSYSTÈMES ÉCOLOGIQUES
ET ÉCONOMIQUES

s’appuyant sur des expériences qui permettent de lire le système économique, le parti poétique propose avec la banque du miel, une forme alternative d'investissement des lieux, des personnes et des consciences, véritable révélateur des interrelations étroites et des pressions qui s’opèrent entre l’économie et l’écologie, l’urbain et le rural.
la banque du miel fait la démonstration concrète d’un système opérationnel qui consiste à produire du miel, de la richesse et de l’esprit critique là, où il n’y en a pas ou peu.